Conte japonais #5 – La lune du singe

mooning monkey fr

Il y a bien longtemps, haut, haut dans la montagne, deux lapins préparaient des mochi. Pour s’encourager, ils chantaient :

🎶 Oh les mochi, comme ça colle!

Colle, coller, collant !

Mais si délicieux, pour qui sont-ils ?

Pour notre Lune bien aimée bien sûr ! 🎶

Un singe vint à passer et entendit le chant des lapins. A la pensée de mochi moelleux et sucrés, il saliva :

–  J’aimerais tant y goûter ! Allons tu es un animal intelligent, réfléchis ! Comment faire pour mettre la main sur ces gâteaux ?

Le singe sortit de la forêt et s’approcha des lapins. Courbant l’échine, il s’inclina bien bas :

–  Bien le bonjour mes amis ! Comme vous êtes durs à la tâche ! Et ces gâteaux sont si beaux ! Comme vous, je vénère la Lune étincelante. Mais voyez ma fourrure pelée : je ne suis qu’un pauvre vagabond et je n’ai rien à lui offrir. Je vous le demande humblement :  me laisseriez vous vous aider à lui remettre cette offrande ?

Les lapins cessèrent leur travail et se regardèrent :

– Oh pauvre bête !  Nos mochi ne sont pas encore prêts mais toute aide est la bienvenue. Tiens prends ce mortier!

Le singe leva les mains au ciel :

–  Je n’oserais jamais ! Vous seuls êtes capables de confectionner des douceurs dignes de ce nom. Mais je peux vous aider en chantant si vous voulez. Et quand tout sera prêt, je porterais notre offrande à la Lune.

Le singe s’assit sous un arbre et commença à chanter. Les lapins haussèrent les épaules et se remirent au travail. L’animal sournois chanta de plus en plus vite et les lapins firent de leur mieux pour suivre ce rythme endiablé.

Bientôt, les mochi furent prêts. Encore tout essouflés, les lapins les emballèrent avec des feuilles fraîches et parfumées et les mirent dans un panier qu’ils tendirent au singe:

–  Et voilà. Presse toi maintenant, notre chère Lune sera bientôt haute !

Le singe commença à courir, vite et loin. Il s’esclaffa :

–  Stupides lapins! Comme si je me souciais de cette grosse bulle qui brille haut dans le ciel ! Ces gâteaux feront mon seul délice ce soir !

Mais les lapins ont des longues oreilles et leur ouïe est très fine. Le singe était déjà loin et pourtant ils entendirent ses ricanements.

– Nous avons été trompés !  Oh ce fourbe de singe !

–  Oui mon ami ! Viens nous allons lui montrer !

Les lapins s’élancèrent dans les bois,  en glapissant :

–  Attends un peu pour voir !

L’écho de leur colère parvint au singe qui redoubla d’efforts. Mais, les lapins avaient le pied agile, bondissant vite et loin. Et bientôt, ils acculèrent le singe près de la rivière.

A bout de souffle, celui ci tenta de bluffer :

–  N’approchez pas ou vos précieux gâteaux finiront dans la boue !

Les lapins firent un pas en arrière et se regardèrent du coin de l’œil.

–  Donne nous la moitié des mochi et nous te laisseront tranquilles. Cela suffira pour notre offrande.

Le singe ne croyait pas à sa chance.

–  La moitié seulement ?

Les lapins acquiescèrent gravement :

– Tu as notre parole.

Mais, alors que le singe tendait la main vers les gâteaux, les deux lapins bondirent. L’un se saisit du panier et l’autre jeta à terre la bête qui hurlait à pleins poumons :

– Vous n’êtes que de sales menteurs !

Le lapin renifla :

– Tu peux parler. Que faisons nous de lui mon frère ?

– Bottons lui les fesses !

Les lapins avaient de petits pieds mais ils étaient forts et le singe eut tout le temps de regretter son vilain tour. Une fois les deux compères partis, le singe reprit sa route par la montagne, marmonnant et se grattant le derrière.

Et, depuis ce jour, tous les singes ont encore de belles fesses bien rouges.


Notes :

En Asie, on a coutume de voir dans les cratères de la lune l’image de Lapins. En Chine, on pense que ces animaux préparent là bas l’élixir de vie. En Japon et en Corée, on pense plutôt qu’ils fabriquent des gâteaux de riz.

Les lapins et les mochi sont tout spécialement liés à tsukimi ou fête de la lune. Dans le calendrier lunaire, cette fête tombait mi-Août (ce festival se tient maintenant en Septembre) et des gâteaux, des fruits et des légumes étaient offerts à la Lune pour célébrer les bonnes récoltes.

L’image de lapins courant après un singe me rappelle ce passage du célèbre rouleau Choju Giga. Qui sait ce que ce pauvre singe avait à se reprocher cette fois là 😉

[sources images : 1 / 2 / 3 ]

Publicités

3 réflexions sur “Conte japonais #5 – La lune du singe

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s