Conte japonais #67 – Un festin de sirène

mermaid fr.jpg

Il y a bien longtemps, il y avait sur la côte de Wakasa un petit port florissant qui se dressait sur une mer tranquille.

Béni par des marées et un temps toujours cléments, ses pêcheurs rentraient chaque soir leurs lignes et filets pleins de poissons argentés.

Les gens du village étaient si reconnaissants de leur bonne fortune qu’ils n’oubliaient jamais de remercier les nombreux dieux de l’océan.

Chaque année, tous tiraient grand les portes de leur maisons, ouvrant leur foyers chéris aux quatre vents.

Un jour durant, chacun se réjouissait, dansant et buvant à plus soif. Et lorsque le soleil se couchait paresseusement, les pêcheurs portaient l’autel du sanctuaire dans les flots rougeoyants, rendant pour une nuit leurs dieux à la mer.

Une année, alors que la mer s’obscurcissait, un bateau comme jamais l’on en avait vu apparut sur l’horizon.

Glissant sans efforts, il s’amarra avec une grâce surnaturelle. Sur le pont se tenaient sans ciller des êtres habillés de d’écume, dont les sourires aigus dévoilaient des dents de perles.

Sans un mot, ils tendirent des mains semblables à des nageoires aux pêcheurs fascinés. Et l’un après l’autre, tous embarquèrent sur l’étrange bateau, sans un regard pour leur maisons sur le rivage.

Alors que les voiles se gonflaient comme par magie, les pêcheurs se figèrent au milieu des ondins. Partout s’étalaient plus de richesses qu’ils n’en avaient jamais vu.

Comme des mouettes affamées, les humains s’éparpillèrent, touchant avidement coraux les plus fins et abalones iridescentes, sous les regards amusés de leurs hôtes silencieux.

Alors que l’un des pêcheurs vagabondait, stupéfait, il entendit soudain des gargouillement étouffés monter depuis la cale. Curieux, il s’approcha à pas de loup… et ravala un cri.

Un ondin torse nu, la peau recouverte d’une myriade d’écailles, se dressait parmi des marmites un couteau à la main. Dans l’autre, il tenait fermement le plus bizarre des poissons.

Le bas de son corps n’était que peau d’anguille, gluante comme une algue. Mais, son autre moitié, dont le visage froissé évoquait un bébé en colère, était définitivement humaine.

Avant qu’il ait pu faire un geste, le cuisinier avait déjà évidé et découpé la sirène, jetant morceaux après morceaux sur le grill fumant.

Ecoeuré, l’homme rebroussa précipitamment chemin jusqu’à trouver ses amis dans une somptueuse salle de banquet, attablés avec les ondins devant des plateaux de nacres.

Les pêcheurs travaillaient depuis si longtemps ensemble qu’ils se connaissaient par coeur. Alors qu’il prenait place, tous remarquèrent immédiatement son visage dégoûté.

Mais déjà le festin commençait.

Les plats raffinés défilèrent, tous délicatement présentés, Les pêcheurs mangeaient avec précaution, peu habitués à certains goûts mais rechignant à déplaire à leurs hôtes. Jusqu’à ce que la viande ne soit servie.

L’homme sentit son estomac se soulever. Il leva désespérément la tête et croisa le regard de ses amis. Pointant son assiette, il secoua prudemment la tête.

Tous comprirent immédiatement. Aussi discrètement que possible, chacun prétendit engloutir la viande. Mais, d’un rapide mouvement de baguettes, il firent glisser les morceaux dans les manches de leurs kimono – jusqu’à ce que toutes les assiettes soient vides.

Les ondins ne s’aperçurent de rien. Et le reste de la nuit s’écoula sans encombre, remplie de chansons humaines et d’étranges rires feutrés.

Lorsque le ciel commença à s’éclaircir, le bateau accosta une nouvelle fois près du village. L’un après l’autre, les pêcheurs descendirent, saluant timidement les ondins qui se changeaient en brume sous les premiers rayons du soleil.

Mais dès que le bateau eut disparu, tous saisirent la viande dégoûtante qui pesait dans leurs manches et la jetèrent dans l’océan, murmurant des prières dans leurs barbes.

Tous sauf Takahashi, le plus jeune d’entre eux, qui fit simplement semblant de jeter le sien à l’eau avant de rentrer chez lui sur ses jambes avinées.

Il rangea son morceau dans une boite, en souvenir de cette étrange soirée, puis il remisa la boîte au plus profond d’un placard. Et il s’étala sur son lit, ivre mort.

Les mois passèrent. Mais un jour, comme la fille de Takahashi nettoyait la maison de fond en comble alors que son père était en mer, ses doigts agiles trouvèrent la petite boîte cachée sous le fatras.

Elle l’ouvrit avec curiosité. A l’intérieur, le morceau de viande était aussi juteux qu’au premier jour.

La fille ne put résister et n’en fit qu’une bouchée. Puis, un peu honteuse, elle remit à sa place la boite et ne souffla mot à personne de sa secrète gourmandise.

Au début, tout alla pour le mieux. La vie suivit son cours dans le petit port de pêche. La fille de Takahashi devint une jolie jeune femme et trouva bien vite un mari.

Mais alors que les années s’écoulaient, les gens commencèrent à murmurer.

Le dos du mari se courba, les enfants grandirent et pourtant, la fille elle demeurait jeune et pleine de vie. Toute une vie de dur labeur ne semblait avoir eu prise sur elle. Pire, certains juraient même avoir surpris au crépuscule sa peau briller comme la lune sur l’océan.

Ses parents moururent, puis son mari, puis ses enfants et petits enfants, pourtant elle demeurait comme figée dans le temps.

Au village, tous l’évitaient, la maudissant à demi mot lorsqu’elle croisait leur chemin, cheminant triste et solitaire et pleurant des êtres qu’elle seule avait connu et aimé.

Un jour, elle n’y tint plus. Elle rasa ses cheveux, passa un voile et disparut.

On dit que la fille que ne pouvait vieillir voyagea à travers le pays des siècles durant, tentant de trouver la paix comme nonne errante.

Et que, lorsqu’elle revint enfin sur les terres de son enfance, elle planta un camélia blanc à deux pas d’une grotte sous marine avant de sauter dans les abysses pour ne plus jamais refaire surface.

Telle fut la bénédiction de la chair de sirène.


Notes :

Ce conte relate l’enfance de Yao Bikuni, une nonne bouddhiste qui aurait vécu 800 ans – tout cela parce qu’elle aurait un jour mangé de la viande de sirène offerte à son père par des ondins inconscients qui souhaitent simplement récompenser la piété de leur village.

Si le Japon compte une myriade de créatures marines, des dieux irascibles (Susano) aux esprits tour à tour monstrueux et bienveillants, les histoires de sirènes sont elles assez rares.

Avec leurs étranges visage humains tout ridé, celles ci ont peu en commun avec leur cousines européennes.  Les sirènes japonaise ont en fait commencé à gagner en popularité durant l’ère Edo où d’étranges momies étaient assemblées par les forains (des torses de singes étaient cousus à des queues de poissons) qui les montraient dans des misemono (foires au monstres) ou les vendaient à des temples (comme celui ci).

Les festivals religieux sont un part très importantes de la vie quotidienne au Japon. Si les matsuri sont souvent aujourd’hui une excuse pour faire la fête, ils étaient par le passé cruciaux pour apaiser les dieux. Dans les villages côtiers, il n’était pas rare que l’on immerge les autels portatifs (mikoshi) dans l’océan tout proche afin de “libérer” le dieu local – et renouveler sa bienveillance pour une nouvelle année.

[sources images : 1 / 2 / 3 ]

Publicités

Conte Japonais #66 – La vague

wave fr.jpg

Il y a bien longtemps, un couple de gens adorable vivait confortablement au bord de la mer. Malgré leur richesse, tout deux étaient souvent bien tristes car ils ne pouvaient avoir d’enfants.

Ils avaient tout essayé, consultant patiemment des médecins réputés, et payant des prêtres afin qu’ils mènent rituels et prières. Mais hélas, les années et les années passaient, et aucun enfant ne venait illuminer leur vie.

Finalement, tous deux décidèrent de faire un pèlerinage dans les montagnes qui se dressaient à quelques jours de marche de chez eux. Lire la suite

Conte japonais #65 – Les vieux charbonniers

charcoal burners fr.jpg

Il y a bien longtemps, un vieil et sa femme bien-aimée vivaient simplement sur un lointain flanc de montagne.

Depuis des années, ils joignaient les deux bouts en travaillant comme charbonniers.

Tous les matins, l’homme grimpaient les pentes aiguës de la forêt pour couper de grands chênes. Il descendait ensuite les troncs à la clairière où se dressaient leurs fours, et lui et sa femme transformaient le bois pendant de longue et fastidieuses journées. Lire la suite

Conte japonais #64 – Attention au chien

beware dog fr.jpg

Il y a bien longtemps, un homme connu pour sa grande gentillesse vivait au coeur de la campagne d’Oita.

Kitchomu, c’était son nom, adorait les fêtes du nouvel an qu’il attendait toujours avec grande impatience tant elles éclairaient les longs et sombres jours d’hiver.

Une année, alors que Kitchomu était descendu de ses champs pour faire des emplettes au village en prévision du festin à venir, un grand vacarme s’éleva dans la rue. Lire la suite

Conte japonais #63 – Le concours

contest fr

Il y a bien longtemps, il y avait dans l’ancienne Kyoto un immense temple qui faisait la fierté des habitants. Dédié aux dieux du tonnerre, ses sanctuaires se dressaient au nord-est de la ville, protégeant la capital des désastres et autres démons.

Car en ces jours lointains, biens d’étranges créatures hantaient encore le Japon. Et dans la forêt qui entourait le saint temple, vivaient un renard et un tanuki.

Ces bêtes n’étaient pas de joyeux voisins vivant en en paix et harmonie. En effet, toutes deux ne s’entendaient pas très bien. Lire la suite

Conte japonais #62 – Tempête de neige

snowstorm fr

Il y avait une fois, dans le lointain pays d’Ezo, une riche maison et une pauvre cahute qui s’élevait côte à côte dans un petit village envahi par la neige.

La riche demeure n’était en fait qu’une grosse ferme, de bois noirci par l’air hivernal. Mais, comparée à son pitoyable voisin, tout de torchis et de paille, elle n’en paraissant que plus opulente.

Un soir, une tempête inattendue déboula de l’ouest. Alors que les vents hurlaient, coupant et mordant sans relâche visages et mains, tous les habitants barricadèrent leur portes et leurs fenêtres en toute hâte. Lire la suite

Conte japonais #60 – Les enfants du vent

children wind fr.jpg

Il y avait une fois, dans un petit village comme il en existait tant d’autres au Japon, trois enfants qui adoraient jouer dehors.

Kazuo, le plus âgé, tentait de passer pour un adulte, son attitude sérieuse toujours gâchée par sa continuelle goutte au nez. Sa soeur, Chiyo, était une grande gigue toute en coudes et genoux, toujours prête à la bagarre. Et tous savait que Nobu, le fils du bûcheron, pouvait jacasser de tout et de rien des heures durant si vous le laissiez faire. Lire la suite

Conte japonais #59 – Le syndicat des chats

cat syndicate fr.jpg

Il y a bien longtemps, il y avait une grande demeure, si riche que ses celliers étaient toujours pleins et ses tatamis toujours de paille fraîche. Un tel manoir abritait de nombreux coins et recoins. Et sous ses planchers et dans ses murs, couraient souris et rats.

Habituellement, une maison comme celle ci aurait accueilli plusieurs chats, patrouillant entre les bâtiments, œil aux aguets et pattes agiles. Mais, comme la maîtresse détestait les félins de tout poil, on n’avait jamais toléré même une moustache sur ces terres.

Un soir pluvieux, alors qu’une servante fermait les portes coulissantes pour la nuit, elle entendit un faible gémissement. Intriguée, elle passa ses sandales de bois et, bravant les cieux en colère, descendit dans le jardin. Lire la suite

Conte japonais #58 – La roue tourne

spinning wheel fr

Il y a bien longtemps, un moine du nom de Yukei parcourait tout le pays pour porter l’enseignement du Bouddha.

Toujours accompagné de ses deux fidèles suivants, l’homme visitait villes éloignées et hameaux lointains. La petite compagnie avait le coeur aventureux et avait ainsi exploré forêts et montagnes, ne perdant jamais courage ou foi.

Tard un après midi d’automne, Yukei et ses amis se trouvèrent près du volcan d’Adatara. Ils avaient cheminé tout le jour sans jamais croiser les cahutes d’un chasseur ou d’un bûcheron. Lire la suite