Conte japonais #62 – Tempête de neige

snowstorm fr

Il y avait une fois, dans le lointain pays d’Ezo, une riche maison et une pauvre cahute qui s’élevait côte à côte dans un petit village envahi par la neige.

La riche demeure n’était en fait qu’une grosse ferme, de bois noirci par l’air hivernal. Mais, comparée à son pitoyable voisin, tout de torchis et de paille, elle n’en paraissant que plus opulente.

Un soir, une tempête inattendue déboula de l’ouest. Alors que les vents hurlaient, coupant et mordant sans relâche visages et mains, tous les habitants barricadèrent leur portes et leurs fenêtres en toute hâte. Lire la suite

Publicités

Japanese tale #62 – Snowstorm

snowstorm.jpg

Once upon a time, in the remote Ezo country, a rich house and a poor shack stood side by side by the outskirts of a small village surrounded by snow.

The rich mansion was but a big farmhouse, of sturdy wood blackened by sharp winter air. Yet, compared to its wretched neighbor, all of cob and hay, the estate looked quite opulent.

One evening, an unexpected snowstorm hurtled from the West. As howling winds mercilessly bit and cut faces and hands, all inhabitants boarded up their windows and doors in a hurry. Lire la suite

Japanese tale #57 – One hundred nights

hundred days

Once upon a time, there was a temple renowned far and wide across the land for its powerful amulets.

People came from remote villages just to buy a paper charm or a fabric amulet, hoping to fend off evil spirits of all kinds.

A lovely summer day, as dusk was settling, a woman came knocking at the heavy temple gates.

– Hello? Is anybody here?

The watchboy throw a look by the spyhole. The woman, richly dressed, had her features blurred by a long travel veil, her wide hat casting long shadows in the dimming light. Lire la suite

Conte japonais #57 – Cent nuits

hundred days fr.jpg

Il y a fort longtemps, se dressait un temple célèbre à travers tout le pays pour ses puissantes amulettes.

Les gens venaient de villages éloignés pour simplement acheter un charme de papier ou une petite amulette de tissu, espérant ainsi se protéger des esprits malins.

Un beau jour d’été, alors que le crépuscule tombait, une femme vint à frapper aux lourdes portes du temple.

– Ohé? Il y a quelqu’un ?

Le garçon qui était de garde jeta un coup d’œil par le judas. La femme, richement habillée, avait les traits obscurcis par un long voile de voyage, son large chapeau jetant de grandes ombres dans le soleil couchant.

Lire la suite