Imaqa – Flemming Jensen

Après plusieurs semaines compliquées côté santé, haut les cœurs ! on va tenter de reprendre doucement le rythme des chroniques et des commentaires 🙂


imaqa.jpg

Années 70.

Martin, un professeur danois, obtient sa mutation au Groenland et se retrouve à Nunaqarfiq, à 500 km au nord du cercle polaire.

Il y trouve ce qu’il cherchait, aventure, immensité, amour. Et le choc des cultures, face aux aberrations d’un système éducatif colonisateur.

Jakúnguaq, un adolescent groenlandais, rentre au pays après une année scolaire au Danemark. Pour lui aussi, le choc des cultures est violent, tant il avait pris ses distances avec ses origines.

Martin rencontre l’amour, Jakúnguaq renie celui des siens.


L’avis du Tanuki : paws 4+paws coeur


hufflepuff-small.png

Ce livre fait partie du challenge Coupe des 4 Maisons.

Objet Cornelongue roumain :
Un livre engagé


Je ne vais pas vous mentir, j’ai d’abord saisi ce roman en librairie car sa très belle maquette de couverture a grandement chatouillé ma nostalgie dans grands espaces scandinaves (aaah, l’hiver polaire et les aurores boréales !).

Flemming Jensen est un auteur-humoriste danois et sa plume est à l’image fidèle de ce portrait. Effronté, impertinent, l’auteur taille les chroniques d’un hameau groenlandais aux prises avec les plans colonialistes millimétrés du Danemark, lointaine et bienveillante « mère partie ».

Quand Martin, l’instit plein de bonne volonté (mais pas épargné par les préjugés), débarque dans ce bout du bout du bout du monde sans parler un mot de groenlandais mais tout prêt à répandre la bonne parole de la Culture Civilisée (sic) chez les Inuits, forcément le choc est fracassant.

Mais le dindon de la farce n’est pas celui que l’on croit : oubliez vite le mythe du bon sauvage béat et un peu concon. Martin va très vite comprendre que tout ce qu’il pensait savoir sur ce pays et ses habitants est un beau ramassis de bêtises… et que c’est lui qui a beaucoup à apprendre d’eux.

Car c’est là où ce roman est très, très bon : sous couvert d’aventures du quotidien somme toute très banales (pour autant que puisse être banal l’achat de 21 chiens de traineau ou la pêche au flétan par moins 20°C !), il égratigne tout et tout le monde, sans jugement moralisateur.

Recommandations saugrenues d’administrations complétement à côté de la plaque, expatriés sûrs de leur bons droits à se conduire en rois du monde, scandale des bébés phoques, mais aussi situations cocasses provoquées par les doubles standards culturels – tout y passe, avec une fausse légèreté.

Car si Martin se révèle à lui même,  son miroir exact le jeune Jakúnguaq permet à l’auteur de souligner les ravages latents et inexorables de l’acculturation. Sous l’immensité des icebergs de la comédie humaine, se cachent de réels souffrances et drames.

Imaqa, c’est un roman intelligent et drôle – mais les larmes ne sont jamais loin tant la marche du Progrès est magnifique, souvent absurde… et parfois cruelle. Un immense coup de cœur !


TL : DR

Vents arctiques, meute de chiens de traineau, cafés à toute heure et rires communicatifs, bienvenue à Nunaqarfiq si :

  • Vous aimez les grands espaces et les histoires dépaysantes
  • Vous cherchez un roman burlesque détruisant à coups de piolets bien placés les clichés sur les Inuits
  • Vous aimez les histoires dans l’Histoire, vraies et sans froufrous inutiles

Imaqa, de Flemming Jensen – éditions Gaïa – 416 pages – ISBN 9782847207965

Publicités

7 réflexions sur “Imaqa – Flemming Jensen

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s