Daughter of the Burning City – Amanda Foody

burning city

Sorina a vécu toute sa vie en marge de Gomorrah, un immense cirque ambulant aux membres bien étranges.

Son talent ? Créer des illusions aux personnalités propres que les spectateurs peuvent voir, sentir et toucher.

Mais une illusion reste une illusion n’est ce pas ? Alors comment l’une d’elle a-t-elle pu finir assassinée ?

Déterminée à protéger sa famille de fortune que l’étrange tueur décime méthodiquement, Sorina se lance à la poursuite du coupable. De ragots en complot politique -et passions cachées-, son enquête la conduit dans les recoins les plus sombres du cirque. Le temps est compté.


L’avis du Tanuki : paws 4


hufflepuff-small.png

Ce livre fait partie du challenge Coupe des 4 Maisons et concourt fièrement pour Poufsouffle.

Objet Échecs version sorciers : un livre en lecture commune


(lu en anglais)

Plume de Lune et moi avons reçu ce roman dans notre FairyBox de Juillet dont le thème était Tricksters (farceur/charlatans). Tout allais bien dans le meilleur des mondes, on a programmé notre petite lecture commune ni vu ni connu quand soudain… Notre regard est tombé sur l’éditeur: Harlequin-Teen.

NO bilbo.gif

Mais bon, le Daughter of the Burning City était déjà dans nos mains, il était bien trop tard pour reculer. Notre esprit rempli de romances à deux balles sirupeuses à souhaits et de trio amoureux de l’enfer, nous n’avons écouté que notre courage, serré les fesses et commencé la lecture.

Et en fait, ben c’était bien. Genre vraiment bien. *insérer ici réflexion sur les couvertures qui ne font pas le moine tout ça*

Amanda Foody a une plume encore un peu jeune (il y a notamment quelques temps morts dans le deuxième tiers du roman) mais l’univers qu’elle a créé est totalement immersif. Oubliez jolies lumières et barbapapa, le cirque de Gomorrah, noir et dur, cache de bien sales histoires sous ses paillettes et son maquillage.

J’adore les histoires d’horreur qui se passent dans des fêtes foraines façon Carnivale ou AHS: Freak Show, et l’ambiance de Burning City m’a complétement emballée! Le côté dérangeant est suffisamment léger pour que le lecteur lambda ne grimace pas de dégoût – mais l’horrifique bizarroïde est bien là… et c’est génial !

Certes, l’intrigue est parfois un peu prévisible (nous avons décodé plusieurs points clefs assez tôt) mais mince, pour une fois qu’un roman taggé ado ne nous sert pas une bleusaille bêtement énamourée ! Car à la différence de Caraval, ici l’héroïne, Sorina, est plutôt du côté des vilains petits canards que des belles princesses.

Amoureuse de l’amour plus que d’un bellâtre physiquement intelligent, cette jeune fille étrange (même pour les critères de Gomorrah) se retrouve plongée dans une histoire de meurtres et de complots qui menacent directement ce qu’elle a de plus cher : la famille de laissés pour compte qu’elle s’est créé.

La touche de romance est légère et suffisamment bien tournée pour être plausible, l’ambiance étouffante navigue entre magie, miroir et fumée. Bref c’est du YA intelligent comme j’aimerais en lire plus souvent. Si vous aimez les pommes d’amour avec glaçage sanguinolent, foncez !


TL : DR

Entrez sous le chapiteau, ce soir les monstres sont de sortie – et ce ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Les lumières tentatrices de Gomorrah la Brûlante vous attendent si :

  • Vous aimez les histoires de fêtes foraines diaboliques
  • Vous cherchez un roman ado/YA pas trop axé romance (alléluia)
    + vous cherchez un roman YA dont le tome se suffise à lui même (alléluia bis)
  • Vous aimez les enquêtes teintées de magie

Daughter of the Burning City, d’Amanda Foody – éditions Harlequin Teen – 384 pages – ISBN 9780373212439

Publicités

14 réflexions sur “Daughter of the Burning City – Amanda Foody

  1. Audrey dit :

    Ouf, je pousse un soupir de soulagement ! Quand j’ai déballé la box et suis tombée sur ce livre estampillé Harlequin, j’ai eu vraiment peur de la romance à l’eau de rose. Du coup, ta chronique me donne envie de lui donner sa chance et de remballer mes préjugés 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Maned Wolf dit :

    Ah ben décidément, ce livre m’intrigue 🙂 Comme d’hab, je me méfie de l’étiquette YA, mais si c’est un one-shot on est déjà pas trop mal 😉 Et l’univers a l’air bien barré ! Comme toutes les autres, j’aurais jamais soupçonné ça d’un Harlequin haha

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s