Killing gravity – Corey J. White

killing gravity.jpg

Mariam Xi, dite Mars, pourrait vous tuer d’une pensée. C’est après tout une arme créée par les laboratoires MEPHISTO. En fuite, l’ancienne super-soldat ne peut se fier qu’à son sens aigu de l’indépendance, sa méfiance naturelle et Seven, son animal de compagnie expérimental.

Mais les ombres de son passé l’ont rattrapée. Et après une rencontre malencontreuse avec un chasseur de prime, la voilà dérivant dans l’espace dans un vaisseau à l’agonie.

Cernée de toute part, Mars est bien décidée à débusquer le rat qui l’a vendue. Mais pour dévoiler la vérité et se défaire de ses poursuivants, elle va devoir affronter son passé… et peut être compter sur l’aide de parfaits inconnus.


L’avis du Tanuki : paws 4


(Lu en VO)

Je me plaignais dernièrement à un Lutin de ne pas réussir à me remettre à la SF. Trop de déjà vus et surtout trop de romans faussement prise de tête qui adorent s’écouter parler. Heureusement, on peut compter sur le petit peuple pour débusquer de petites pépites et l’article sur Killing Gravity m’avait immédiatement mis l’eau à la bouche !

Autant le dire tout de suite : je n’ai pas été déçue 😀

Format novella oblige, c’est très (trop) court. Mais la bonne nouvelle, c’est que Corey J. White va du coup droit au but et virevolte et nous entraîne dans un space opera sans temps morts. Un peu prévisible quand on connait les ficelles, mais mince des fois c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes !

L’héroïne et ses pouvoirs (un chouya trop « magiques ») sont sans contestes très connotés Young Adult et on trouve pléthore d’exosquelettes, implants, IA, dans une surenchère un peu facile. Mais cela mis à part, Killing Gravity nous propose un chouette casting, diversifié, dans l’ensemble bien utilisé et surtout crédible dans ses réactions. Amen.

Si ce court roman surfe sur des thèmes archi connus (transhumanisme, militarisme, conglomérat surpuissant, etc), j’ai retrouvé l’ambiance décomplexée d’oeuvres SF que j’aime beaucoup, de Farscape à Cowboy Bebop. Sans oublier toute la thématique autour des armes humaines développée par exemple dans Gunnm – le fan service et la métaphysique de comptoir en moins.

Killing gravity est le premier tome d’une série (encore!), mais fait de très belles promesses malgré quelques défauts sur lesquels on ferme facilement les yeux. Je lirai la suite avec plaisir. Un mot : foncez !


TL : DR

L’espace, c’est vide et froid. Heureusement, qu’on y rencontre tout un tas de gens intéressants, prêts à vous donner un coup de main – ou à vous l’arracher c’est selon. Dérivez aux côtés de Mars si :

  • Vous aimez la SF rythmée et efficace
  • Vous cherchez un space opera classique mais bien ficelé
  • Vous aimez votre SF un brin kitsch et dans la surenchère 😉 ?

Killing gravity, de Corey J. White – éditions Tor.com – 176 pages – ISBN 9780765396310

4 réflexions sur “Killing gravity – Corey J. White

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s