Flame in the Mist – Renée Ahdieh

flame in the mist.jpg

Fille unique d’un éminent Samouraï, Mariko a toujours su qu’être un femme signifiait qu’elle n’aurait jamais le contrôle de son destin.

Fiancée de force, la voilà envoyée au Palais impérial. Mais sur le chemin, son convoi tombe aux griffes du Clan Noir, envoyé pour assassiner la jeune fille.

Seule survivante de l’attaque, Mariko jure de se venger. Déguisée en paysan, elle va infiltrer le clan ennemi bien décider à les détruire.

Mais les choses ne sont jamais ce qu’elles semblent être, et de sombres secrets pourraient bien remettre toute sa vie en question.


L’avis du Tanuki : paws 4


hufflepuff-small.png

Ce livre fait partie du challenge Coupe des 4 Maisons et concourt fièrement pour Poufsouffle.

Objet Épée de Godric Gryffondor : un livre qui se passe dans un univers médiéval


Et me voilà de retour avec le livre à l’honneur dans la box FairyLoot de Mai que j’évoquais dans ce billet 🙂

J’avoue avoir hésité sur la note à mettre, balançant entre 3 et 4 pattes. En effet, Flame in the Mist est un roman Young Adult plus que correct mais il m’a manqué ce petit quelque chose qui fait le coup de cœur. En plus, c’est encore le premier tome d’une série, à croire que les auteurs ne savent plus écrire de récit auto-portant. Ça commence à être un peu agaçant…

Parfois un brin maladroit, c’est un livre qui aurait gagné à plus développer les personnages. La romance haine>amour notamment méritait mieux qu’un dénouement en quelques pages (d’un autre côté du coup elle ne prend pas toute la place xD). Heureusement, il y a aussi de très bonnes choses comme la relation très positive entre Mariko et son frère, et des échanges souvent drôles au sein du Clan Noir.

Le meilleur atour de Flame in the Mist est la relecture très accessible que propose Renée Adhieh des tropes des romans et films de sabres. Clan déchu réclamant vengeance ? Brigands au grand cœur ? Héros suivant avec force et honneur le bushido ? Sorcières, monstres et magie ? Tout y est et même plus, et c’est un bonheur de retrouver l’ambiance de grands classiques comme les Huit chiens des Satomi ou les 47 ronin.

L’auteure a travillé son univers et ancre son roman dans un Japon historico-fantastique très bien ficelé. L’histoire s’ouvre sur un seppuku (suicide rituel) et on parle d’assassinats ou encore d’arbres suceurs de sang donc autant dire que les thèmes abordés sont bien plus bruts que ce à quoi je m’attendais et c’est une excellente surprise.

On retrouve en toile de fond les luttes intestines entre shoguns et pouvoir impérial, la grandeur des daimyo (samouraïs grand propriétaires terriens) asservissant leurs paysans, mais aussi l’ambiance mystérieuse des forêts napées de brume, et la beauté raffinée des palais et des villes.

Un grand bravo d’ailleurs : à la différence de Mémoires d’une Geisha (qui disons le est un pur fantasme de la part d’Arthur Golden), Renée Adhieh fait une excellente description de Geisha et Maiko à travers le personnage de Yumi. Et rien que pour cela, Flame in the Mist mérite d’être lu !


TL : DR

Renégats drapés de noir et samouraï inébranlables, shuriken acérés et êtres fantomatiques, suivez Mariko dans sa quête de vengeance si :

  • Vous cherchez un roman se déroulant dans le Japon médiéval (et bien moins pontifiant que le Clan des Ottori)
  • Vous voulez des héroïnes fortes – physiquement et/ou moralement
  • Vous aimez les films de sabres de la grand époque – et vous n’êtes pas allergique au vocabulaire japonais 😉

Flame in the Mist, de Renée Ahdieh – éditions Hodder & Stoughton – 416 pages – ISBN 9781473664425

Publicités

14 réflexions sur “Flame in the Mist – Renée Ahdieh

  1. Adlyn dit :

    Autant la couverture ne m’attire pas plus que ça (je ne sais pas trop pourquoi, d’ailleurs, un petit côté trop « tape à l’œil », peut-être), autant le résumé me convainc tout de suite davantage et ton avis me fait dire qu’il pourrait définitivement m’intéresser !

    Aimé par 1 personne

    • Tanuki no Monogatari dit :

      C’est une série que je trouve assez « froide » : les personnages tendent vers le parfait et ont un côté monolithique. J’avais trouvé l’histoire très longue et redondante aussi.
      En fait c’est un cycle pour lequel je voulais vraiment avoir un coup de coeur mais qui m’a laissée un peu sur ma faim ^^;

      Je pense que malgré les thèmes intéressants, l’écriture sera un peu trop immature pour toi. A tenter si tu as envie d’une lecture rapide et sans prise de tête.
      Sinon, si tu veux des classiques dans cette veine, Les Huits chiens des Satomi de Yamada Futaro et 47 ronins de Osaragi Jiro devraient te plaire

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s