La cité des méduses – Emmi Itäranta

Un grand merci aux Presses de la Cité 🙂 Vous allez vite le comprendre, ce livre est un gros, gros coup de cœur !


cite meduses.JPG

Sur une île sans nom où les vies humaines ont peu de poids, Eliana est une citoyenne modèle, tisseuse au prestigieux palais des Toiles.

Elle est pourtant née avec une tare indicible : elle peut rêver.

Le quotidien des tisseuses est bientôt perturbé par la venue d’une jeune femme à la langue coupée. Analphabète, cette dernière se trouve incapable d’expliquer ce qui lui est arrivé ou d’où elle vient. Le seul indice semble être le prénom tatouée sur sa main : « Eliana ».

Eliana se découvre une connexion inexplicable avec l’inconnue et toutes deux développent une relation au-delà des mots.

Très vite, les deux femmes deviennent la cible de forces décidées à les exterminer. Persécutée, Eliana va devoir faire appel à ce don qu’elle a toujours considéré comme une malédiction : ses rêves.


L’avis du Tanuki : paws 4 + paws coeur


hufflepuff-small.png

Ce livre fait partie du challenge Coupe des 4 Maisons et concourt fièrement pour Poufsouffle.

Objet Multiplettes : un roman de dystopie


Que feriez vous si rêver était considéré comme une maladie ? Si vos cauchemars étaient le signe d’une peste si grave que la société dusse vous jeter en quarantaine, une marque d’opprobre tatouée sur le front ?

Eliana fait partie de ces Songeurs que toute son île craint. Dans son palais de toiles mouvantes, gris et froid, elle dissimule son affliction en veillant tard – et en se méfiant de chacun de ses gestes. Son monde minéral et immuable va pourtant bientôt voler en éclats avec l’arrivée d’une jeune muette.

Dans ce 2ème roman, Emmi Itäranta nous offre un huis clôt insulaire impeccable. Avec une plume précise et poétique, l’auteure tisse ligne après ligne une atmosphère lourde et mystérieuse, aussi sombre que les eaux qui engloutissent peu à peu une ville dont on n’apprendra jamais le nom.

Oubliez les grand élans d’héroïsme-héroïque. Le monde d’Eliana, fait de terreurs nocturnes (impossible de ne pas penser à ce tableau) et de questions qu’on ose à peine murmurer, est complexe et dense. Si l’histoire en elle même ne réservera que peu de réelles surprises au lecteur attentif suivant bien le fil rouge,  l’ambiance et les personnages ont largement suffit à me tenir en haleine de bout en bout !

La cité des méduses est un roman à l’univers très féminin qui déroule avec beaucoup de pudeur de très, très bons portraits de femmes. Eliana, la muette, la doyenne ou ces ombres qui rodent à la lisière de leurs consciences, tous les personnages sont construits et ont une vraie présence – malgré la narration à la première personne qui ne fait que les esquisser.

Même la fin un peu précipitée est vite pardonnée à l’auteure, tant j’ai refermé ce livre des images plein la tête – Ecosse ! Scandinavie ! – et le goût des embruns sur les lèvres. Un (presque) sans faute, hypnotisant et superbe !


TL : DR

Ciel infini, océan de corail de sang et graciles algues bioluminescentes, plongez dans les rêves de verre et d’ambre d’Eliana si :

  • Vous aimez les romans fantastiques jouant sur l’atmosphère plutôt que les combats héroïques
  • Vous cherchez un livre avec un excellent casting féminin
  • Vous n’êtes pas aquaphobe et vous aimez les îles balayées par le vent et les tempêtes!

(A noter: La cité des méduses est aussi un livre LGTB+ friendly, sans pathos ni racolage. Hourrah!)


La cité des méduses, d’Emmi Itäranta – éditions Presses de la Cité – 358 pages – ISBN 9782258107984

Publicités

26 réflexions sur “La cité des méduses – Emmi Itäranta

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s