Mascarade – Ray Celestin

Un grand merci aux éditions du Cherche Midi qui m’ont permis de lire ce livre que j’attendais de pied ferme 😀  Mascarade parait aujourd’hui !


mascarade.jpg

Chicago, 1928. Du ghetto noir aux riches familles blanches, en passant par la mafia d’Al Capone, la ville vit au rythme du jazz, de la prohibition et surtout du crime.

C’est dans ce contexte trouble qu’une femme fait appel aux détectives Michael Talbot et Ida Davies. Sa fille et le fiancé de celle-ci ont mystérieusement disparu.

Au même moment, le corps d’un blanc est retrouvé dans le quartier noir. Le meurtre en rappelle un autre au photographe Jacob Russo qui décide de mener son enquête.

Ces deux affaires ont-elles un lien ? Y a-t-il un rapport avec le crime organisé ? Car l’empire d’Al Capone est menacée par de jeunes loups aux dents longues qui n’hésitent pas à se lancer dans le trafic de drogue.


L’avis du Tanuki : paws 4 + paws coeur


hufflepuff-small.png

Ce livre fait partie du challenge Coupe des 4 Maisons et concourt fièrement pour Poufsouffle.

Objet Dragées surprise : un livre dont vous n’avez pas lu le résumé


Levons notre verre de gin ! Après l’excellent Carnaval, le nouvel opus de Ray Celestin arrive enfin dans nos librairies. Cela faisait fort longtemps que je n’avais pas autant attendu la suite d’un roman !

Et on peut dire que Mascarade déménage ! Guerre des gangs à la Thompson ou à la bombe artisanale, racisme ordinaire et crimes odieux, Ray Celestin offre une nouvelle fois un roman très cinématographique (je donnerais beaucoup pour le voir adapté sur grand écran) à l’ambiance électrique.

Après l’indolente Nouvelle Orléans, nous voici projetés dans la décadente Chicago des années 20. Au rythme effréné du Jazz, donc les trilles audacieuses parsèment tout le récit, on navigue de clubs speakeasy en ruelles miteuses, de la puanteur des abattoirs au lobby précieux des gratte ciels.

L’auteur maitrise comme personne les faits historiques (basés sur des faits réels) et le roman fourmille de détails sur l’époque. Les habitués de la série Boardwalk empire ne seront d’ailleurs pas perdus quand aux enjeux qui font courir les mafieux. Pour les autres pas d’inquiétude, l’immersion est totale grâce à une narration fluide et soignée – à mille lieu du livre d’Histoire poussif.

Sans pathos, les personnages très soignés donnent réellement vie à cette course poursuite macabre. Si j’ai trouvé quelques raccourcis un peu faciles (le personnage d’Ida est à mon sens toujours un peu bancal), la qualité de l’ensemble fait qu’on passe vite outre ces quelques petits faux pas.

Au fil des pages, prohibition et ambitions endiablées se mêlent dans un violent cocktail. Enragée, Chicago prend au corps, sale, puante… mais aussi étrangement belle. Et on referme Mascarade avec la trompette de Louis Armstrong collée au corps :


TL : DR

Noir ou blanc, mafioso ou riche héritier, partez faire la fête jusqu’à l’aube au rythme plaintif d’un Jazz-band si :

  • Vous aimez les romans historiques impeccables et les romans policier haletants
  • Vous voulez un récit à l’atmosphère lourde et crue
  • Vous aimez l’ambiance décadente des années 20/30 !

Mascarade, de Ray Celestin – éditions Cherche Midi – 576 pages – ISBN 9782749153902

Publicités

27 réflexions sur “Mascarade – Ray Celestin

  1. LadyButterfly dit :

    Celui-ci, je l’ai lu il y a quelques mois, en anglais, pendant mon arrêt maladie.Il est aussi bon que le 1er quoique fort différent. J’ai vraiment aimé le fait de suivre Armstrong – à Chicago, donc.
    Et même lorsque Celestin prend des libertés avec l’Histoire, il réussit à nous plonger dans l’atmosphère de ces années.
    En anglais, ça se lit assez bien: le style de Celestin n’est pas géantissime non plus (beaucoup de répétitions de vocabulaire, parfois, j’avais envie de dire: « mais trouve un synonyme, à la fin « ^^). Mais c’est suffisamment accrocheur – et surtout, je n’avais pas du tout envie d’attendre.
    Juste une remarque: la version française a pris le parti de changer complètement les titres: « Carnaval », « Mascarade ». Il est dommage que les titres originaux n’aient pas été portés en sous-titres, par ex, puisqu’il y a un lien direct (référence musicale).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s