Conte japonais #24 – Le Chat et la Souris

cat-mouse-fr

Il y avait une fois, une vieille femme et son mari qui habitaient une petite ferme. Tous deux travaillaient dur aux champs et au potager, plantant du millet ou encore des légumes.

Un matin, alors que le couple étaient en train de désherber un pré, ils entendirent une faible plainte dans les herbes hautes. Ils se figèrent, surpris. Le cri repris, un peu plus fort.

Le fermier se rapprochèrent prudemment. De la pointe de sa faucille, le vieil homme souleva les herbes. Un chaton était niché au milieu du chiendent, minuscule et terrifié.

– Oh pauvre petit chose !  Tes yeux ne sont même pas encore ouverts.

La vieille femme regarda à droite à gauche mais elle ne trouva pas trace de la mère.

– Quelque chose a dû arriver à ta maman…Tu dois être affamé mon petit ! Ne crains rien, nous allons te ramener à la maison et prendre bien soin de toi.

Le couple envelopèrent le chaton et rentrèrent à la ferme. Pendant des jours, ils le nourrirent de gruau tiède jusqu’à ce qu’il ouvre les yeux. Les années passèrent, et le chat grandit et devint agile et fort. Les fermiers l’aimaient comme leur propre enfant.

Le chat avait pris l’habitude de patrouiller dans la ferme, reniflant chaque coin de la cave au grenier. Et un jour, un couinement inhabituel parvint à ses oreilles.

La chat s’approcha à pattes de velours.

Les planches de l’un des murs de la cave étaient fissurées. Et derrière, il entendait trottiner des souris.

Le chat glissa sans efforts derrière l’un des sacs de grains, les moustaches frémissantes, et se tapit prêt à bondir.

Soudain, une souris gris pâle pointa le bout de son nez. Elle s’approcha vivement de l’un des sacs et commença à grignoter la toile.

Le chat jaillit et attrapa la pauvre souris. Il feula :

– Sale petit voleur ! Ce sont d’honnêtes gens qui ont récolté tout cela à la sueur de leur front ! Je ne te laisserait pas les voler !

La souris tremblait entre ses griffes acérées. Elle  gémit :

– Je t’en supplie ne me mange pas ! Ma famille aussi travaille dur à amasser des richesses. En fait ma mère était si diligente qu’elle en est tombé malade.

Le petit animal sanglotait maintenant :

– Il lui faut de la bonne nourriture pour qu’elle se remette… Je t’en prie ! Laisse moi lui apporter quelques grains. Je jure que je reviendrais et que je te laisserais me manger !

Le chat agita sa queue. Puis, il rentra les griffes et libéra la souris. D’un geste leste, il déchira le sac, répandant les grains sur le sol.

– Prends en quelques uns et file avant que je ne change d’avis.

La souris empoigna frénétiquement deux poignées de grains et disparue dans le trou. Le chat soupira. Il bondit sur un sac et s’y allongea de tout son long, guettant le retour de la souris.

Quelques instants plus tard, le petit animal se montra à nouveau. La tête basse, la souris murmura :

– Ma famille te remercie. Grâce à ce bon repas, ma mère va vite se remettre j’en suis sûr. Je… Je suis prêt à remplir ma part du contrat. Tu peux me manger maintenant…

La souris ferma ses yeux et se recroquevilla toute effrayée. Mais le coup mortel ne vint pas.

Le chat regardait pensivement l’animal tout tremblant. D’une voix profonde et ronronnante, il dit finalement :

– Je n’aime pas les rongeurs maigrichons.

Il sauta gracieusement au bas de son perchoir. Avec une feinte indifférence, le félin ajouta :

– Prends tout ce dont tu as besoin.

Et en deux bonds, il disparut. La souris s’inclina et s’inclina encore :

– Merci, oh merci Mr. le chat !

Quelques jours plus tard, alors que le chat et ses maîtres se préparaient pour la nuit, un tintement monta de la cave. Surpris, tous se précipitèrent pour voir ce qu’il en était. Ils stoppèrent net à la porte, yeux écarquillés et bouches bées.

Du trou dans le mur, une procession de souris était en train de danser, faisant joyeusement tinter des pépites d’argent. Bientôt,une centaine de souris se tenaient se le sol de la cave. Une petit voix couina :

– Grâce à vous, ma mère n’est plus du tout malade et votre bon grain nous a donné à tous de la force ! Nous avons pu terminer notre travail en un temps record ! Regardez comme tout cela brille !

Une souris plus âgée s’avança. Elle s’inclina devant le chat et déposa une pépite au pieds des vieux fermiers :

– Je vous remercie.

Et toutes les autres souris suivirent son exemple.

Lorsqu’elles s’en allèrent, un véritable trésor s’étalait au sol. Bien assez pour que deux vieilles personnes vivent dans l’abondance pour le restant de leurs jours. Pleurant, le vieil homme embrassa sa femme pendant que le chat ronronnait encore et encore et encore.


Notes :

Au Japon, contrairement à la mauvaise réputation qu’ils ont en occident, rats et souris sont le plus souvent vus comme des animaux porte bonheur. Le meilleur des exemples est que, par le passé, les gens pensaient qu’ils étaient les compagnons de Daikoku, le joyeux Dieu de la richesse qui protégeait aussi les fermiers.

Travailleurs et bienveillants, les rats dans les contes japonais possèdent souvent de vastes trésors qu’ils partagent bien volontiers avec les âmes bonnes. Cette association rat/richesse/fertilité vient peut être du fait qu’on les trouvait alors surtout dans les régions où les récoltes étaient abondantes.

Bien que certains chats soient considérés comme malfaisants (comme le bakeneko ou le nekomata), le Japon a un grand amour pour cet animal. A la période Heian, les nobles imitaient la Chine et en faisaient leur animal de compagnie (cela arriva plus tard pour les roturiers).

On peut trouver de nombreux temples sont dédiés aux chats, notamment parce que ces animaux protégeaient les greniers mais aussi les fermes de vers à soie contre les vermines. Et, bien sûr, que serait les chats au Japon sans le fameux porte bonheur maneki-neko !

Si aujourd’hui quand on parle de la nourriture de base au Japon on pense forcément au riz, cela n’a pas toujours été le cas. En fait, avant l’utilisation de variété spéciales, de nombreuses régions ne pouvait en cultiver à cause de leur climat froid. Le millet, cultivé depuis au moins la période Jômon, était alors très répandu.

[Sources images : : 1 / 2 / 3]

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s