[Carnet d’Écosse #3] Hébrides intérieures : les îles de Mull et d’Iona

Ce matin, Oban est nichée dans la brume. Tout autour du ferry qui nous emmène vers l’île de Mull, le monde entier est gris. Cotonneux pour le brouillard épais, profond pour les îles qu’on entraperçoit ça et là. Et métallisé et froid pour l’océan, lisse comme une lame.

Soudain, quelques éclats d’obsidienne troue la surface calme de l’eau. Des marsouins nous accompagnent sur quelques mètres puis disparaissent à nouveau dans les profondeurs. Plus loin, je distingue d’autres éclats bardés de bandes blanches, probablement des dauphins communs. Et je ne n’arrive pas à me sortir cette chanson de la tête :

Voilà les falaises sombres du Ross of Mull, couronnées de nuages. Ça promet pour le temps ! Vu comment le ciel est bas, nous laissons tomber les idées de balades dans le Ross et nous filons vers Fionnphort, minuscule bourgade qui est la porte d’entrée vers l’Île d’Iona.

Aaaaah Iona. J’en rêvais depuis que j’avais vu le superbe Livre de Kells à Dublin (et aussi Brendan et le secret de Kells j’avoue). On ne dirait pas à voir ces petits bâtiments discrets qui surplombent tranquillement la mer, mais l’abbaye est restée pendant des siècles l’un des plus grands centres culturels, politiques, religieux de la région – faisant les rois et survivant à plusieurs raids vikings.

L’Île est tranquille et son relief doux invite aux balades et à la rêverie. On comprend facilement pourquoi Columba s’y est installé. Comme sa grande soeur Mull, malgré le temps horrible qui nous poursuit, c’est un coup de coeur.

mull-iona-10

Le lendemain, départ pour Tobermory, notre deuxième point de chute. La route single track serpente dans des paysages tour à tour grandioses et intimes. Partout, hirondelles et swift (des martinets?), en route pour leurs migrations, strient le ciel. Et nous passons de moutons… en loutres :

mull-iona-6

L’île de Mull, c’est une énigme géologique et un concentré de tout ce que l’Écosse peut offrir. On passe de landes désolées à des forêts de chênes. D’une baie à plage de sable blanc à une côte de granite rose. De montagnes abruptes à des champs de machair qui viennent paresseusement d’abîmer dans l’océan.

Nous jouons entre les averses qui tournent bien vite à la véritable tempête. Tant pis pour le pic nique à Calgary bay, tant pis pour la rando. Sous les yeux moqueurs de centaines de lapins bien à l’abris dans leurs terriers, nous plions vite bagage !

Enfin, voilà Tobermory. Après tant de nature, c’est un peu étrange de trouver ce petit port propret (et très touristique). Trempés et transis, nous dégustons avec plaisir une soupe bien chaude et de bonnes plâtrées de moules du coin. On se le promet : Mull le mérite amplement, nous reviendrons paroles d’Ours et de Tanuki !


A suivre : #4 – la péninsule d’Ardnamurchan
et l’Île de Skye (1/2)

Autres étapes : #1 Du loch Lomond à la côte d’Argyll  – #2 Oban et l’île de Seil
#3 Hébrides intérieures : les îles de Mull et d’Iona – #4 Péninsule d’Ardnamurchan + Île de Skye 1/2#5 Île de Skye 2/2 + En route pour le Nord


Itinéraire

A voir, à faire

  • L’Île de Mull,  avec ses nombreux paysages différents, offre de nombreuses balades pour tous les niveaux. Le site Isle of Mull regroupe plusieurs pistes rangées par intérêt (nature, histoire, ).
  • L’Île d’Iona, est accessible par ferry depuis Fionnphort (£7 aller retour/pers si je me souviens bien). Sur l’Île, seuls les locaux ont des voitures donc préparez vous à marcher –  l’île estpetite et le relief doux heureusement 😉 A voir :
    • L’abbaye bien sûr, l’entrée est à £7/pers et comprend un excellent audioguide. Le site semble tout petit mais prend vraiment tout son sens grâce aux commentaires (qui vous encouragent à marcher, toucher etc). Nous y avons passé une bonne heure et demie.
    • Depuis l’abbaye, continuer à suivre la route vers le Nord puis aller à travers champs de machair. Le chemin longe les monts Dun I puis débouche sur une très belle plage de sable blanc (white strand of the monks).
    • Si le temps vous le permet, l’Île offre d’autres balades (plage de St columba, la carrière de marbre etc)
    • L’Île de Straffa est très connue pour la grotte de Fingal, une formation géologique impressionnante semblable à la chaussée de géants. L’Île est uniquement accessible par bateau et révèle sa beauté surtout à marée basse. de nombreuses compagnies offre des visites en bateau (couplée à des observations de phoques, dauphins etc). Par contre, les tarifs tournent autour de £30 par pers…
  • Pour découvrir Mull (malgré un temps pourri par exemple…), prendre le chemin des écoliers en longeant la côte Ouest (Fionnphort > Ballygown > Calgary Bay). Les paysages s’enchaînent et ne ressemblent pas !
  • Tobermory est extrêmement touristique, prévoir large pour se garer etc en saison. Le port est tout petit mais mignon. A voir :
    • la distillerie Tobemrory si vous n’en avez jamais visité
    • le musée associatif de la ville, c’est minuscule et gratuit (dons). Gros bric à brac mais donne une bonne idée de l’histoire de l’Île des origines (géologie, préhistoire) à aujourd’hui (Tobermory était une grosse base alliée pendant la WWII)

Carnet pratique

Où Dormir ?

  • Fionnphort : B&B Seaview (chambre double £75 par nuit), clairement LE coup de coeur de notre voyage ! Notre chambre (Iona) était la plus petite mais très confortable, le petit déjeuner pantagruélique avec d’excellents produits artisanaux. Super accueil de John, ancien pêcheur, et de ses deux énormes Labradors. Hôte agréable et pas du tout intrusif. Pleins de conseils donnés avec un accent délicieux. Clairement si on repasse un jour par Mull, nous ferons le détour pour revenir y séjourner !
  • Tobermory : B&B Carnaburg Guest house (chambre n°7, double avec salle de bain séparée £80 par nuit). Sur le port du très courru Tobermory (réservations plus que conseillées!). Nous avons eu la chance de nous voir donner une plus grande chambre (la n°6) en suite. Très propre, jolie vue sur le port. Petit déjeuner sans excentricités. Accueil cordial et discret.

Où Manger ?

  • Fionnphort étant minuscule, peu de choix mais les adresses sont bonnes : la cabane de pêcheur Creel Seafood étant fermée, nous avons diné (et bu!) au pub le Keel Row. Repas sans chichi et bien copieux, équipe super sympathique.
  • A noter : nous n’avions pas le budget pour, mais le grand restaurant The Ninth Wave juste avant Fionnphort nous a plus que fait de l’œil !
  • Tobermory : c’est touristique donc assez animé, attention toutefois beaucoup de resto ne marchent que sur réservation. Nous avons trouvé in extremis une table au Galleon Grill. Ne pas hésiter à piocher uniquement dans les entrées/starters : soupe du jour + moules marinières = repas super généreux pour £10 🙂

Toujours utile

  • Caldenonian MacBrayne, la principale compagnie de ferrys en Écosse. Ils rejoignent notamment l’île de Mull (Craignure) en environ 45 minutes depuis Oban. Les réservations sont disponibles en ligne (récupérer simplement ses billets au guichet dès l’arrivée à votre premier point de départ). Si vous prenez plusieurs fois le ferry pendant votre voyage, pensez à vérifier les offres groupées (nous avions le Hopscotch n°7, 3 traversées qui nous ont coûté au total £48.60 pour 2 pers + 1 voiture).
Publicités

9 réflexions sur “[Carnet d’Écosse #3] Hébrides intérieures : les îles de Mull et d’Iona

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s