Carnaval – Ray Celestin

carnaval.jpg

En 1919, un tueur en série s’attaque aux habitants de la Nouvelles Orléans en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot. La panique gagne peu à peu, on évoque le vaudou, les rivalités ethniques sont exacerbées.

Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. mais eux aussi ont leurs secrets…

Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à servir. Le chaos est proche.

Ray Celestin livre un premier roman au suspense omniprésent, doublé d’un portrait de la ville d’un réalisme peu commun.


L’avis du Tanuki : paws 4


hufflepuff-small.png

Ce livre fait partie du challenge Coupe des 4 Maisons et concourt fièrement pour Poufsouffle.

Objet Auror : lire un roman policier


Un raté pour la traduction du titre de ce roman. Laissez tomber ce « Carnaval », il n’a en a pas un à l’horizon ! Heureusement, c’est là un défaut bien mineur : The Axeman’s Jazz (le titre original) nous entraîne dans une sarabande rythmée sur fond d’histoire(s) vraie(s).

De l’ambiance glauque des bas fonds et à la moiteur du bayou, c’est toute la Nouvelle Orléans des années 1920 qui défile dans cet excellent premier roman.

Dans une enquête menée à 4 voix , Ray Celestin explore les zones floues qui entourent The Axeman, un serial killer pouvant se targuer d’avoir poussé la Nouvelle Orléans à organiser la plus grande fête de Jazz de son histoire. Il n’a jamais été identifié.

Dès le premier chapitre, on est envouté par l’ambiance si particulière de The Big Easy, entre ragtime et lamentations, amitiés et corruption mafieuse, fêtes tumultueuses et règlements de comptes sanglants.

Le contexte d’après guerre 1914-18 est spécialement bien posé, d’une Mano Negra à l’aube de la Prohibition à l’ombre des soldats ayant laissé une partie d’eux même dans les tranchées.

La ségrégation est aussi abordée intelligemment, sans pathos ni grandiloquence, grâce à des personnages vrais. Une mention spéciale à Louis Armstrong (oui oui), homme battu et petit génie de la musique qui bien que personnage secondaire éclipse vite son amie Ida.

Les derniers chapitres m’ont un peu laissée sur ma faim avec une résolution un peu trop rapide à mon goût. Carnaval reste cependant un excellent roman policier (et non thriller comme je l’ai vu mis en avant : ça manque de « glauquitude ») étayé par des sources historiques solides qui font plaisir à lire !

Je vous laisse sur le ragtime The mysterious Axeman’s Jazz, tube incontesté de la folle soirée Jazz qui a fait trembler la Nouvelle Orléans le 19 Mars 1919 :


TL : DR

On laisse les soucis au placard pour faire la fête jusqu’à l’aube au rythme endiablé d’un Big Band si :

  • on aime les romans historiques qui changent un peu et les romans policier bien ficelés
  • on veut en savoir plus sur la Nouvelles Orléans des années 20
  • on aime le Jazz New Orleans’s style !

Carnaval, Ray Celestin – éditions 10 X 18 – 528 pages – ISBN 9782264066312

Publicités

8 réflexions sur “Carnaval – Ray Celestin

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s