Conte japonais #3 – Les chapeaux des Jizo

jizo hats fr

Il Ă©tait une fois, une grand mĂšre et un grand pĂšre qui vivaient Ă  la campagne dans leur ferme. Ils Ă©taient fort pauvres mais avait bon cƓur. C’était la veille du Nouvel An et le vieil homme avait prĂ©vu d’aller en ville vendre des chapeaux de paille.

– Quand j’aurais vendu ces cinq chapeaux, j’aurais suffisamment d’argent pour nous acheter des mochi pour cĂ©lĂ©brer l’annĂ©e nouvelle ! dit-il en souriant comme un enfant.

Sa femme rit avec chaleur, des rides de joie au coin de ses yeux :

– Merci mon chĂ©ri ! Mais je t’en supplie, fais attention Ă  toi sur la route, je crois que la tempĂȘte vient.

Le vieil homme chargea les chapeaux sur son dos, embrassa sa femme et prit la route. Alors qu’il cheminait, la neige commença à tomber. Un flocon, puis deux puis des millions. Le vieil homme allongea le pas, priant pour retrouver au plus vite son foyer.

Aux abords du village, six Jizo de pierre se tenaient cĂŽte Ă  cĂŽte. Leur visage rond et leur aura paisible disparaissaient sans un bruit sous les assauts des flocons.

Quand le vieil homme vit cela, il ne fut pas capable de passer son chemin sans rien faire.

– Oh mes pauvres Jizo ! Vous devez ĂȘtre gelĂ©s jusqu’au os sous toute cette neige ! LĂ  prenez ces chapeaux, ce n’est pas grand chose mais ils vous protĂ©geront de cet Ă©pouvantable tempĂȘte !

Il dĂ©tacha son balluchon et posa un chapeau sur la tĂȘte de chaque statue. Mais, il n’y avait que cinq chapeaux et les Jizo Ă©taient six lĂ  debout, inĂ©branlables sous le blizzard.

Le vieil homme haussa les Ă©paules et ĂŽta son propre chapeau qu’il attacha sur le tĂȘte du dernier Jizo. N’ayant plus rien Ă  vendre en ville, il se hĂąta de rentrer chez lui.

Alors qu’il dĂ©tachait son manteau de paille et ses jambiĂšres, sa femme s’inquiĂ©tait :

– Mon dieu te voilĂ  rentrĂ© bien vite. Est-ce que tout va bien ? Qu’est-il arrivĂ© en ville ?

Le grand pÚre soupira et lui raconta comment il avait trouvé les pauvres Jizo au bord de la route.

– Oh et bien, tu as bien fait ! AprĂšs tout, nous n’avons pas besoin de mochi pour passer de bonnes fĂȘtes !

Et la grand mÚre vint embrasser son mari. Ce soir là, tous les deux partagÚrent un repas frugal et allÚrent se coucher tÎt Dehors, les vents chargés de neige continuaient à se déchaßner.

Pourtant, au milieu de la nuit, ils se réveillÚrent en sursaut. Un silence étrange régnait. Et au loin, résonnait une étrange mélodie.

đŸŽ¶ Vieil homme oĂč es tu ? Vieil homme nous venons te remercier pour les chapeaux !Â đŸŽ¶

Les voix se rapprochaient encore et encore. Et bientĂŽt, elles vinrent s’arrĂȘter devant leur maison.

BAM ! Quelque chose de lourd tomba au sol. Puis, il n’y eut plus aucun bruit.

Tremblant, le vieil homme rassembla son courage. Il ouvrit lentement la porte. Au loin, il entraperçut six silhouettes coiffĂ©es de chapeaux qui disparurent en un clin d’Ɠil derriĂšre une colline.

Et devant la maison, s’amoncelaient une montagne de cadeaux, un gargantuesque festin de Nouvel An… surmontĂ© de deux mochi.


Notes:

Les mochi sont des gĂąteaux  traditionnellement rĂ©alisĂ©s en pilant du riz cuit dans un mortier. La pĂąte obtenue peut ĂȘtre mangĂ©e nature, grillĂ©e, fourrĂ©e (de pĂąte de haricots rouges par exemple). On en trouve toute l’annĂ©e au Japon, mais les mochi sont trĂšs liĂ©s aux cĂ©lĂ©brations du Nouvel An. L’une d’entre elles est le kagami mochi, une dĂ©coration rĂ©alisĂ©e avec deux mochi surmontĂ©s d’une mandarine (mikan).

Jizo est le bodhisattva symbolisant l’altruisme. Il peut voyager entre les 6 mondes (des Enfers au monde humain) et ce pouvoir fait de lui le guide des Ăąme perdues. Il aide notamment les enfants dĂ©cĂ©dĂ©s, les abritant sous son manteau pour les protĂ©ger des dangers. Il veille aussi sur les voyageurs de toutes sortes. Les statues de Jizo sont trĂšs communes au Japon, on les trouve notamment le longs des routes et Ă  l’entrĂ©e des cimetiĂšres.

[sources des images: 1 / 2 / 3 ]

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s